Premier ministre

Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes

  • Envoyer à un contact
  • Imprimer l'article
  • Agrandir le texte
  • Diminuer le texte
Actualités

Danielle BOUSQUET représentait le HCEfh à l’ONU lors de la 59ème session de la CSW

25 mars 2015

Danielle BOUSQUET, Présidente du HCEfh, à l’ONU lors de la 59ème session de la CSW pour réaffirmer le soutien de la France à une mise en œuvre plus rapide du programme d’action de Pékin pour les droits des femmes et l’égalité dans le monde.


La Présidente du Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Mme Danielle BOUSQUET, a accompagné la Secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes, Mme Pascale BOISTARD, à la « Commission pour la condition de la femme » (CSW en anglais) les 9 et 10 mars 2015. La délégation française comprenait également la Députée Catherine COUTELLE, Présidente de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale, et la Sénatrice Michelle MEUNIER.


La ministre Pascale BOISTARD a clairement réaffirmé le « soutien de la France à l’agenda transformatif et politique de la plateforme d’actions de Pékin  », et a appelé à fortement réaffirmer les 12 piliers pour les droits des femmes « dans le contexte de crise et de précarité économique que nous connaissons, mais aussi face à la montée des forces obscurantistes, propices à la remise en question des droits des femmes ».

Danielle BOUSQUET a participé à la réunion de concertation ministérielle francophone et prononcé un discours sur l’autonomisation économique des femmes. Elle a noué une série de contacts avec des parlementaires et associations internationales. Elle a également participé à différents évènements en marge de la CSW, dont deux organisés par le Ministère français des Affaires étrangères avec Care International sur « les femmes et le changement climatique », et avec le Planning familial sur « l’éducation à la sexualité intégrée » ; elle a par ailleurs assisté aux side-events organisés par la CEDAW (Comité des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes) sur les « femmes combattant l’extrémisme » et par l’association CAP international sur « la prostitution et l’exploitation sexuelle des femmes et des filles ».


Cette 59e session de la CSW, qui s’est achevée le 20 mars, a constitué l’occasion de tirer un bilan de 20 ans de mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’Action adoptés à Pékin, lors de la 4e Conférence Mondiale sur les Femmes qui s’est tenue en 1995. Comme le souligne la Directrice exécutive d’ONU-Femmes[1], Mme Phumzile MLAMBO-NGCUKA, « les progrès réalisés par les femmes au cours des 20 dernières années ont été d’une lenteur inadmissible et certains de leurs aspects sont même caractérisés par une stagnation, voire une régression ».

« Devant l’écart décevant entre les normes et l’application du Programme d’Action de Pékin qui met en évidence l’échec collectif des leaders dans l’avancement de la cause des femmes », Mme Phumzile MLAMBO-NGCUKA en appelle à l’intensification des efforts partout dans le monde, et lance une initiative « Pour un monde 50-50 en 2030 : franchissons le pas pour l’égalité des sexes ». Les Ministres présent.e.s à New-York lui ont apporté leur plein soutien.


Le HCEfh soutient l’initiative d’ONU-Femmes pour un monde 50-50 en 2030, en constatant que l’autonomisation des femmes et l’égalité entre les sexes sont loin d’être atteintes dans quelque pays du monde que ce soit. Le Haut Conseil en appelle à la remobilisation des gouvernements et de la société civile, femmes et hommes, pour obtenir enfin des avancées significatives au bénéfice de toutes les femmes dans le monde, à commencer par leur droit à disposer de leur corps et à maîtriser leur fécondité.

 

Pour un résumé de l’activité ministérielle à la CSW : bit.ly/1DPz9gd

Gros plan de la 59eme session de la CSW 2015 : bit.ly/1BnJV6o



[1] L’entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes