Premier ministre

Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes

  • Envoyer à un contact
  • Imprimer l'article
  • Agrandir le texte
  • Diminuer le texte
Actualités

Les membres du Haut Conseil à l’Egalité votent une motion pour une instance renforcée et pérennisée

18 décembre 2015

Jeudi 17 décembre, les membres du Haut Conseil à l’Egalité se réunissaient lors de la dernière séance plénière de leur mandat. A cette occasion, ils et elles ont voté à l’unanimité une motion pour demander à ce que "la pérennité de l’instance soit assurée par son inscription dans la loi".

Le Haut Conseil à l’Egalité fêtera ses trois d’existence le 8 janvier
prochain, date à laquelle il a été installé par le Premier ministre
pour exercer quatre missions : concerter, évaluer, proposer et enfin informer via l’animation du débat public.
 
La motion rappelle notamment le rôle joué par le HCEfh
qui, par ses propositions, a pu jouer un rôle majeur pour impulser de
nouvelles thématiques dans le débat public ou faire avancer des
chantiers déjà ouverts par le Gouvernement et le parlement, notamment en
qui concerne : l’accès au droit à l’IVG sur internet
comme dans les territoires, la prise en compte des inégalités
femmes-hommes dans la réforme du droit d’asile, la mise en débat public
du phénomène de harcèlement sexiste et violences sexuelles dans les
transports en commun et sa prise en compte par un plan gouvernemental
ou, plus récemment, le soutien aux femmes actrices de la lutte contre le
dérèglement climatique dans l’accord de Paris issu de la COP 21.

Estimant que, au terme de son premier mandat 2013-2015, les résultats
sont « reconnus dans des cercles de plus en plus larges » et alors
qu’une impulsion forte a été donnée au niveau du Gouvernement en faveur
des droits des femmes et de l’égalité réelle entre les femmes et les
hommes, les membres du HCEfh
demandent à ce l’institution puisse disposer d’un statut propre et de
moyens humains et financiers à la hauteur des missions qui lui sont
confiées
. « C’est une question d’efficacité des politiques
publiques comme de reconnaissance de l’importance accordée aux droits
des femmes », conclut la motion.