Premier ministre

Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes

  • Envoyer à un contact
  • Imprimer l'article
  • Agrandir le texte
  • Diminuer le texte
Fiches de synthèse

25 novembre : « Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes »

23 novembre 2011

Les violences faites aux femmes : violations des droits de l’Homme

Lors de la Décennie des Nations Unies pour la Femme (1975-1985), les violences à l’encontre des femmes sont vues comme un des freins au respect des droits des femmes.

Grâce à la mobilisation des ONG féminines et féministes, la communauté internationale a reconnu, à l’occasion de la conférence mondiale sur les droits de l’Homme, pour la première fois, en 1993, que :

« les violences qui s’exercent en fonction de sexe et toutes les formes de harcèlement et d’exploitation sexuels, y compris celles qui sont la conséquence de préjugés culturels et d’une traite internationale, sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne humaine et doivent être éliminées » (§18 du Programme d’action de Vienne)

Sur les recommandations de la conférence mondiale, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté, le 20 décembre 1993, la Déclaration sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes :

« Reconnaissant que la violence à l’égard des femmes traduit des rapports de force historiquement inégaux entre hommes et femmes, lesquels ont abouti à la domination et à la discrimination exercées par les premiers et freiné la promotion des secondes, et qu’elle compte parmi les principaux mécanismes sociaux auxquels est due la subordination des femmes aux hommes »

La Déclaration définit le terme « violence faite aux femmes » comme suit :

« Aux fins de la présente Déclaration, les termes "violence à l’égard des femmes" désignent tous actes de violence dirigés contre le sexe féminin, et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée ».

Création d’une journée internationale : reconnaissance de violations universelles

La République dominicaine a proposé la date du 25 novembre pour une journée de lutte contre les violences commises à l’encontre des femmes en mémoire de l’assassinat le 25 novembre de 1960 des trois sœurs Mirabal, militantes politiques dominicaines.

Le 17 décembre de 1999, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a adopté la résolution 54/134, proclamant ainsi le 25 novembre Journée internationale pour l’élimination de la violence contre les femmes. L’ONU invite les gouvernements, les organisations internationales et les ONG à organiser des activités pour sensibiliser le public aux questions des violences au cours de cette journée.

Depuis novembre 2009, ONU-Femmes a mis en place une campagne mondiale « Dites non – Tous unis pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes » (Say NO – UNITE to end violence against women). Elle vise notamment à recenser et promouvoir les actions entreprises partout dans le monde pour mettre fin à ces violences, notamment entreprises lors cette journée internationale.

Consultez également la Déclaration francophone sur les violences faites aux femmes de l’Organisation internationale de la Francophonie, adoptée en 2010.

En Europe

Le Conseil de l’Europe lance en 2008 une campagne « Stop à la violence domestique faite aux femmes ». Cette campagne avait notamment pour objectif de parvenir à l’élaboration d’une convention européenne de lutte contre les violences.

La convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique a été adoptée par le Conseil de l’Europe le 7 avril 2011 et est ouverte à la signature depuis le 11 mai 2011.

L’Union européenne (UE) décide d’adopter le 8 décembre 2008 des lignes directrices sur les violences faites aux femmes afin de marquer un engagement politique fort.

L’action de l’UE s’articule autour de trois objectifs indissociables :
- la prévention de la violence ; 
- la protection et le soutien aux victimes ;
- la poursuite des auteurs de ces violations.

Dans la stratégie pour l’égalité entre les femmes et les hommes élaborée par la commission européenne 2010-2015, les violences sont abordées notamment sous l’angle sanitaire de leurs conséquences.

Consultez également les fiches de synthèse présentant la loi française du 9 juillet 2010 et les plans nationaux de lutte contre les violences.

Retrouvez les travaux et recommandations ainsi que les communiqués de presse de l’OPFH.

Quelques chiffres clés sur les violences