Premier ministre

Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes

  • Envoyer à un contact
  • Imprimer l'article
  • Agrandir le texte
  • Diminuer le texte

Télécharger 

Dans la même rubrique 

Toutes les actualités

Actualités des autres thématiques 

Toutes les actualités
Actualités

Le HCE souligne l’incroyable tolérance au sexisme dans nos institutions et sa détermination à poursuivre la lutte contre les violences sexistes et sexuelles

12 novembre 2019

Siégeant au Haut Conseil à l’Egalité à partir d’avril 2014 et remercié par son ministère en mai 2014, soit un mois de présence officielle, et non deux ans, tel est le résultat de l’enquête menée par le HCE sur la participation à ses travaux de ce haut fonctionnaire agresseur, qui avait été désigné, en 2013, par le ministère de la Fonction publique en tant que Haut fonctionnaire à l’égalité.

En sommes-nous rassuré.e.s ? Non bien sûr car cette histoire, comme tant d’autres, témoignent de l’incroyable tolérance des institutions au sexisme et de l’absence de respect à l’égard des femmes. Notre colère est grande.

Le HCE, installé depuis deux mois, entend poursuivre avec la même détermination les travaux engagés par la précédente mandature, et notamment sur deux axes prioritaires : la mise en visibilité du sexisme du quotidien tout d’abord, qui repose sur l’infériorisation des femmes, leur disqualification et délégitimation dans la sphère publique, comme privée, qui autorise et ouvre le chemin à tous les prédateurs sexuels et abuseurs en tout genre ; et nous le rendrons visible, dans notre deuxième rapport sur l’état des lieux du sexisme en France, dans les émissions de divertissement et les clips musicaux, dans le monde de l’entreprise et dans le monde politique.

Nous poursuivrons d’autre part notre engagement contre les violences sexistes et sexuelles, dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, par la publication d’un baromètre d’évaluation et de suivi des politiques publiques menées en la matière, accompagnée du récit par les femmes des défaillances constatées : quand les femmes parlent, il faut qu’elles soient crues, qu’elles soient protégés sans délai, qu’elles soient accompagnées vers la sortie de l’emprise et que leurs enfants soient pris en charge car ils sont tous victimes et non témoins quand ils sont au cœur des violences au sein du couple.

Mais le HCE a aussi à cœur de montrer la puissance des femmes et de souligner ainsi l’incroyable gâchis humain engendré par le sexisme. Certes, les avancées ne se font pas au même rythme et la précarité grandissante qui affecte nombre de femmes, les inégalités renforcées par le jeu des discriminations multiples, la dévalorisation persistante des métiers majoritairement occupées par les femmes et notamment les métiers de services à la personne, si essentiels à notre société, imposent des actions multiformes.

 

L’enjeu est bien de faire de toutes les femmes des citoyennes à part entière et des actrices de leur autonomie économique, dans le respect de leur corps, de leurs sentiments et de leurs pensées. C’est ce à quoi le HCE veut travailler sans relâche.